Respecter les droits de l’homme et du travail sur toute la chaîne de production de cacao et s’opposer à l’exploitation des enfants par le travail

Les entreprises de chocolat doivent respecter les Droits de l’Homme et des conditions de travail décentes en se conformant et en appliquant les principes internationalement reconnus définis dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et par l’Organisation internationale du travail (OIT). En Côte d’Ivoire et au Ghana presque 2 millions d’enfants travaillent dans les plantations de cacao, et des centaines de milliers d’entre eux travaillent dans des conditions qui ne sont pas tolérées par les normes internationales. Ces problèmes fondamentaux dans la production de cacao entraînent que les entreprises doivent s’opposer de manière radicale au travail des enfants tel qu’il est défini dans les conventions numéro 182 et 138 de l’OIT.