Les prix du cacao et les revenus des producteurs

La part de la valeur ajoutée mondiale

La fabrication de chocolat est un commerce prospère, dans lequel les grosses entreprises font de larges profits. Et tandis que ces entreprises cherchent à faire des bénéfices toujours plus élevés et à prendre une place toujours plus importante sur le marché, des millions de producteurs de cacao en subissent les conséquences avec une part des revenus toujours plus réduite. En 2012, le marché mondial de confection de chocolat a réalisé des ventes d’environ 80 milliards de dollars, chiffre qui devrait augmenter pour atteindre 88 milliards de dollars en 2014.

Du point de vue de la valeur, la majorité de l’argent se fait après que les graines de cacao a atteint le Grand Nord. Et cependant de nombreux producteurs et travailleurs du cacao dans le Grand Sud doivent survivre avec moins de 1,25 dollar par jour, ce qui est très en dessous du seuil de pauvreté absolue.

Les producteurs de cacao reçoivent aujourd’hui environ 6 % du prix que les consommateurs payent dans les pays riches pour acheter le chocolat. Dans les années 80, cette part représentait presque le triple : 16%.

 

Des prix du cacao bas et instables

Tandis que les bénéfices des entreprises multinationales de chocolat ont augmenté depuis les années 80, les prix des fèves de cacao sur le marché mondial ont été réduits de moitié (en prenant en compte l’inflation).

Un autre aspect du problème est que les producteurs de cacao ne reçoivent qu’une part du prix sur le marché mondial pour leurs fèves de cacao, à cause de structures et de taxes locales sur le commerce et aussi de la qualité des fèves de cacao. Par exemple au cours des 10 dernières années les producteurs de la Côte d’Ivoire recevaient seulement 40 à 50 % du prix offert par le marché mondial pour leurs fèves. Les producteurs sont rarement organisés et il leur manque une vision des tendances du marché pour les prix du cacao. Ils doivent vendre leur cacao au prix dicté par les intermédiaires.

Instabilité des prix du cacao

Tandis que les bénéfices des entreprises multinationales de chocolat ont augmenté depuis les années 80, les prix des fèves de cacao sur le marché mondial ont été réduits de moitié (en prenant en compte l’inflation).

Un autre aspect du problème est que les producteurs de cacao ne reçoivent qu’une part du prix sur le marché mondial pour leurs fèves de cacao, à cause de structures et de taxes locales sur le commerce et aussi de la qualité des fèves de cacao. Par exemple au cours des 10 dernières années les producteurs de la Côte d’Ivoire recevaient seulement 40 à 50 % du prix offert par le marché mondial pour leurs fèves. Les producteurs sont rarement organisés et il leur manque une vision des tendances du marché pour les prix du cacao. Ils doivent vendre leur cacao au prix dicté par les intermédiaires.

De plus, la sécurité de revenus des producteurs est affectée par les prix instables du cacao. L’instabilité des prix provient souvent des changements dans le volume produit lesquels sont causés par les maladies, les ravageurs, des conditions météorologiques extrêmes telles que la sécheresse ou par l’instabilité ou une crise politique dans les pays producteurs.

Des bonnes saisons qui offrent de bonnes récoltes dans les principaux pays producteurs de cacao conduisent à des stocks élevés et peuvent entraîner une chute des prix. Des récoltes insuffisantes dues à des maladies ou à des conditions météorologiques dans certaines des régions importantes conduisent à des stocks insuffisants et peuvent entraîner une hausse des prix. Les changements de prix peuvent aussi être déclenchés par des facteurs tels que la spéculation sur la nourriture. Pour les spéculateurs, l’instabilité des prix est lucrative, car la spéculation sur les prix futurs peut rapporter de gros profits.

Les négociants du cacao savent modérer ces prix instables en stockant des fèves de cacao et en contrôlant le volume des ventes sur le marché. Les producteurs du Grand Sud sont cependant souvent forcés de vendre leurs fèves immédiatement à cause de leurs conditions de vie précaires, à cause du besoin immédiat d’argent et d’un défaut d’installations de stockage adaptées.

Faibles revenus, conséquences importantes

Les conséquences de l’instabilité des prix, cumulée à des coûts de production toujours plus importants, sont la source de l’insécurité économique et de l’appauvrissement de millions de producteurs de cacao. En dépit des prévisions qui prétendent que la demande de cacao augmentera d’environ 20 % dans les prochaines années et des revenus toujours plus importants des entreprises de chocolat, de nombreux producteurs ne peuvent plus assurer leur coût de la vie. Les revenus limités et le manque d’information concernant les évolutions du marché, les producteurs de cacao et leurs familles sont les grands perdants d’une industrie du chocolat et du cacao très lucrative.

Des revenus bas et instables des producteurs entraînent de sérieux problèmes sociaux et environnementaux. Les producteurs cessent d’investir dans leurs fermes, diminuent les salaires, ne peuvent pas offrir aux travailleurs des conditions décentes de travail et, dans les pires cas, se tournent vers le travail des enfants. En vue d’augmenter leurs revenus, ils utilisent plus de terres pour la production de cacao, souvent aux dépens d’une agriculture durable, écologique et diversifiée.